Ce regard en arrière, de Nuala O’Faolain

Nuala O’Faolain ne baisse jamais la voix. À travers ses chroniques publiées entre 1980 et 2008, elle pose un regard extralucide sur les mécanismes intimes du pouvoir et de l’impuissance : en examinant la société irlandaise, l’omniprésence de l’Église, la vieillesse ou la condition des femmes, elle s’affirme en témoin de son temps et conscience universelle.
Ceux qui ont lu les romans de Nuala O’Faolain auront l’émouvant sentiment de la retrouver telle qu’en elle-même dans sa lucidité et sa tendresse pour le monde.


Il y a quelques années, avec la création de mon précédent blog, j’avais découvert cette auteur irlandaise, Nuala O’Faolain, par un de ses romans, Best love Rosie. Une expérience que j’avais renouvelé cette fois-ci avec un récit autobiographique, On s’est déjà vu quelque part, qui m’avait permis de percevoir un peu de ce qu’elle était. Une journaliste en avance sur son temps, une féministe engagée qui a dû se faire sa place dans un pays où les mœurs étaient pour certains domaines archaïques par rapport à d’autres pays d’Europe.

Dans cet ouvrage, une sélection des chroniques écrites par Nuala O’Faolain est proposée. Un rendez-vous régulier dans les pages du Irish Times, ou du Sunday Tribune pour la dernière partie du livre. Un de ces rendez-vous que j’aurais aimé connaître. Lire au quotidien des textes traitant de l’actualité, avec un regard sagace, une plume fluide et avisée…

Un regard critique sur l’Irlande et le monde

La deuxième chronique présentée est caractéristique de ce que j’ai aimé tout au long de cet ouvrage : «U2 : mythe et mystère ». La journaliste évoque un concert de U2 auquel elle avait assisté, à Croke Park, à Dublin. De la description de l’effervescence du public, de l’ambiance de ce concert donné par un groupe mythique, elle en vient à parler de son véritable regard sur U2.

Le concert auquel j’ai assisté avait quelque chose de tout à fait poignant, justement parce que les U2 sont originaires de Dublin, et qu’ils étaient les seuls millionnaires présents. Les gosses dans le public avaient l’air si pauvre. Ils sont pauvres.

Et de ce constat, elle porte un regard plus ciblé sur le public de ce groupe connu dans le monde entier, qui est présenté comme le groupe irlandais par excellence, mais dont le mode de vie dépassait déjà, le 4 juillet 1987, date de sortie de cette chronique, tout ce qu’un Irlandais de la classe populaire pouvait imaginer.

Jadis ils étaient des nôtres. Les membres du groupe sont encore plus nettement « pas des nôtres » que, disons, les Rolling Stones. Le gouffre qui les sépare de leur auditoire est sensible. […] Les videurs, aussi terrifiants que des bergers allemands, marquent la frontière des deux mondes. Bono peut se pencher vers nous au-dessus de la rampe, mais jamais descendre parmi nous.

Un regard sur l’Irlande

Et tout est là. Le regard critique, pas question d’opinion personnelle, mais un esprit critique qui permet de réfléchir autrement, parfois quand on s’y attend le moins, sur des sujets de société parmi les plus lourds. Car U2 et le rock irlandais sont loin d’être les seules thématiques développées dans ce livre : l’égalité homme-femme, les droits des femmes, la religion en Irlande, etc. Des moments de sa vie sont également mis en avant, comme ses vacances en calèche dans le centre de l’Irlande, la disparition de son chien…

Avec ce recueil, on saisit un peu plus de la personnalité de cet auteur décédée en 2008. Une journaliste moderne pour son temps, désireuse de voir la société irlandaise évoluer vers cette modernité, ce pays changer, qu’il quitte ce carcan religieux qui l’étouffe, que la femme irlandaise se libère… Une auteur formidable, que j’ai retrouvé avec bonheur, pendant mes vacances d’été, en Irlande, justement.

Ce regard en arrière, de Nuala O’Faolain
10/18, 410 p., 8,80 euros

11ofaolain.190
Crédits : Perry Ogden
Publicités

4 commentaires sur “Ce regard en arrière, de Nuala O’Faolain

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :