Redites-moi des choses tendres, de Soluto

C’est l’histoire d’un couple qui se sépare, d’une famille qui explose. Il y a un homme veule et une femme digne, des éperdus et des chairs à plaisir, des enfants manipulateurs. Il y a de l’amour, du sexe, de la violence, du désir, de la bêtise, du gâchis, des fuites, des trouilles bleues, du hasard taquin, des magasins de parfumerie, du skate-board, une poire de vitesse, des mensonges, un voyage, du chic et une boutique pour dame. Du tragique, des drôleries, de la fatalité.


Je vous imagine  finissant la lecture de cette quatrième de couverture, présentant le premier roman de Soluto, auteur français qui s’intègre, avec les Éditions du Rocher, dans cette rentrée littéraire 2017. Vous lisez ce résumé, et vous sentez comme un poids entre vos mains, un livre qui gagne en lourdeur à chaque détail énuméré au fil de ces quelques lignes… Et vous n’avez pas tort !

Famille (trop) ordinaire

Aux premières pages, j’étais sidérée. Eugène, personnage dès le début détestable,profite de l’absence de sa femme, partie en voyage scolaire à Berlin, pour lui écrire un mail d’une violence inouïe, dans lequel il déclare vouloir rompre, en avoir marre d’être prisonnier de ce couple mal assorti. Il se dégonfle alors au moment de l’envoi, se dit qu’il y a été trop fort (et surtout craint de devoir s’occuper de ses chemises sales seul !)… et envoie par inadvertance ce mail… Rien que pour ça, je me dis que cela ne pas pas coller avec cet homme si détestable et stéréotypé, même si j’ose encore espérer le déclic face à cet humour grinçant.

Les situation rocambolesques se succèdent, à mon grand désarroi. Barbara, la femme d’Eugène, comme leurs deux enfants, rejoignent très vite le défilé des personnages caricaturaux qui, sous couvert de vouloir représenter la vie vraie, collectionnent à eux quatre toutes les « tares » de la société d’aujourd’hui : les crises d’adolescence, le vol, l’ultra-connexion, le manque de dialogue entre générations, l’adultère, la violence, la drogue… Tout s’enchaîne, et ces rebondissements imaginés par l’auteur donnent très vite un effet de trop-plein… Ces énumérations sont insupportables.

Et je ne vous parle pas du rapport au sexe ! Est-il nécessaire de savoir, précisément, où se baladent les mains crasses de ce père de famille, quand il retrouve sa maîtresse (elle-même caricature de la femme adultère !). Du cru maladroit, voyeur et malsain.

Pour couronner le tout, ce supplice littéraire s’étale sur pas moins de 500 pages (!), pour ne pas perdre une miette de ces personnages, qui ne méritent pas tant « d’honneurs », à mes yeux.
La littérature sert aussi, à mes yeux, à parler des travers de notre société, des problématiques qui demeurent parfois sans réponse. La littérature a un pouvoir, une force, qui permet d’avancer des débats, développer son esprit critique et porter un autre regard au monde… Mais pas de doute, ce ne sera pas avec ce roman !

Redites-moi des choses tendres, de Soluto
Éditions du Rocher, 504 p., 21,90 euros

Un roman qui rejoint ma liste des titres de la rentrée littéraire lus pour le challenge d’Hérisson, 1% de la rentrée littéraire 2017. Un échec !

1% rentrée littéraire 2017

 

 

 

Publicités

7 commentaires sur “Redites-moi des choses tendres, de Soluto

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :