Lamomali, ma Victoire de la musique

Vendredi 9 février 2018 au soir, je me suis prise au jeu de laisser en toile de fond, à la télé, la nouvelle édition des Victoires de la musique française. En général, je passe mon temps à râler sur la distribution des récompenses, et à regarder d’un air assez circonspect les vainqueurs.

Cette édition n’aura pas totalement dérogé à la règle. Le succès d’Orelsan me dépasse, je reste froide à la musique de Charlotte Gainsbourg (au pire je m’endors !)… Évidemment, ils sont ceux dont on parle le plus aujourd’hui samedi dans les chaines d’info en continu. Mais il y a une victoire, parmi toutes les autres, qui est pour moi amplement méritée, et je voulais en reparler avec vous aujourd’hui : Lamomali, meilleur album de musique du monde.

Des rythmes afro-pop

Lamomali, c’est l’aventure malienne de Matthieu Chedid, alias -M-, avec les artistes maliens Toumani et Sidiki Diabaté, ou encore Fatoumata Diawara. Une aventure découverte vraiment par hasard pour moi, grâce à une interview de -M- dans l’émission Quotidien. Je ne vais pas endosser le rôle de critique musicale, ce que je ne suis pas, je vais juste parler de sensations, et d’impression à l’écoute de cet album.

Lamomali est comme une fête, une communion entre la pop de Matthieu Chedid et les voix sublimes d’artistes maliens de renom, au son d’une kora, un instrument de musique au son extraordinaire.
Si c’est comme une fête qui se joue dans sa voiture, ou dans son salon, vous n’imaginez même pas ce que c’était sur scène. J’ai eu la chance de voir le live de Lamomali en 2017, à Rouen, et c’était magique. Un Zénith complet dansait, chantait. Rien que d’y repenser, j’en ai une nouvelle fois des frissons. Comme le disait Fatoumata Diawara, « Merci Monsieur -M- » pour cette formidable expérience musicale !

Manitoumani, en live, au Victoires de la musique 2018 :

Cet air, M, Toumani Diabaté, Sidiki Diabaté, Fatoumata Diawara :

 

Publicités

6 commentaires sur “Lamomali, ma Victoire de la musique

Ajouter un commentaire

  1. J’ai failli choisir cette vidéo là ce matin pour les chanteurs et musiciens maliens, formidables, mais je n’aime pas Matthieu Chedid ! Je ne comprends pas plus que toi pour Charlotte Gainsbourg et Orelsan, dont je n’ai pas oublié les textes des débuts. (je ne regarde jamais ce genre de grand messe auto-célébrative).

    J'aime

    1. C’est clair que pour moi Orelsan n’est pas du tout une référence, depuis (à cause de) ses débuts, pour moi.
      L’expérience Lamomali de -M- est incroyable, c’est un de mes plus beaux concerts !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :