La vraie vie, d’Adeline Dieudonné

C’est un pavillon qui ressemble à tous ceux du lotissement. Ou presque. Chez eux, il y a quatre chambres. La sienne, celle de son petit frère Gilles, celle des parents, et celle des cadavres. Le père est chasseur de gros gibier. la mère est transparente, amibe craintive, soumise aux humeurs de son mari. Le samedi se passe à jouer dans les carcasses de voitures de la décharge. Jusqu’au jour où un violent accident vient faire bégayer le présent.
Dès lors, Gilles ne rit plus. Elle, avec ses dix ans, voudrait tout annuler, revenir en arrière. effacer cette vie qui lui apparaît comme le brouillon de l’autre. La vraie. Alors, en guerrière des temps modernes, elle retrousse ses manches et plonge la tête la première dans le cru de l’existence. elle fait diversion, passe entre les coups et conserve l’espoir que tout s’arrange un jour.


Parfois, il suffit de tomber par hasard sur une publication Facebook pour faire une découverte surprenante. C’est de cette façon que j’ai découvert ce premier roman de l’auteur belge Adeline Dieudonné, La vraie vie, aux éditions de L’Iconoclaste. Sorti à l’occasion de la rentrée littéraire, ce roman aura, je l’espère, l’occasion de faire sa place dans la masse de livres sortant dans une même période.

Nous sommes dans les environs des années 80-début 90, dans un lotissement quelconque et triste. Un décor banal, voire déprimant, où évolue une jeune fille dont on ne sait pas le nom. Elle vit dans un de ces pavillons issus d’une expérience urbanistique ratée, en compagnie de son frère et de ses parents. Un bien triste décor, pour deux enfants débordant de vie et d’envie de refaire le monde. Elle est curieuse de tout, lui suit sa sœur en animant leur quotidien de son rire d’enfant.

Ceci jusqu’au drame. Dès lors, Gilles ne rit plus. Elle assiste impuissante à la chute de ce souffle de vie dans une maison déjà sous tension, avec une mère passive et une grosse brute de père. La jeune fille n’a pas de nom, mais elle n’a pas besoin de cela pour se révéler comme l’héroïne d’une histoire de tous les jours.

Tension et angoisse montante

Un lotissement, un mari violent et une vie de famille qui court au désastre… Normalement, ce genre de récit me fait frémir, et je préfère me tourner vers d’autres thèmes. Mais là, est-ce la couverture ? La quatrième de couverture ? Je ne sais pas pourquoi, ce roman m’a tout de suite intrigué…

Et quelle lecture ! Avec La vraie vie, j’ai vite eu la sensation de lire en apnée. Passé l’introduction présentant la famille, le choc de l’élément perturbateur a tout de suite fait monter la tension, qui n’a jamais cessé de monter, un cran après l’autre, jusqu’à la dernière page. Adeline Dieudonné a su pur ce roman décliner les codes du roman à l’atmosphère sombre, le tout en partant d’un tableau qu’on aurait pu juger d’extrêmement banal. Petit à petit, l’effroi fait place à l’horreur. L’imagination de la jeune fille et ses astuces pour sauver son frère nous emportent. Nous espérons qu’elle réussira, mais comment ?
Je retiendrai ce message : faites en sorte de dompter cette hyène qui sommeille en vous.

Nous ne sommes pas loin du coup de cœur. Cela reste en tout cas une très grande découverte, pour débuter mes lectures de la rentrée littéraire 2018, notamment pour le Challenge 1% lancé par Délivrer des livres.

38798366_10216371990323266_162096004236050432_n

Merci aux Éditions de L’iconoclaste de m’avoir permis de découvrir ce roman.

La vraie vie, d’Adeline Dieudonné
Editions de L’icoloclaste, 270 pages, 17 euros

 

Publicités

5 commentaires sur “La vraie vie, d’Adeline Dieudonné

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :