Salon Livre Paris 2019, j’y étais !

Tout amoureux de la littérature n’aura pu louper cet événement sur les réseaux sociaux, entre le 15 et le 18 mars dernier : le Salon du livre de Paris, ou Livre Paris (mais je ne me fais pas à ce nom, désolée). Et cette année, je n’ai pas suivi avec envie ce grand rendez-vous uniquement sur l’écran de mon téléphone… j’y étais aussi !

Contrairement à ma précédente visite, deux ans plus tôt, je n’avais même pas l’idée de me faire un planning des moments à ne pas rater, ou des dédicaces à récolter. En venant le samedi, mon idée était de profiter de ce moment, qui représente pour moi ce que le festival de Cannes est aux cinéphiles, de déambuler dans les stands des maisons d’édition que j’aime et, accessoirement, répondre à une furieuse envie d’achats compulsifs littéraires.

Résultat des courses

SDL 2019
Une journée au Salon Livre Paris = des achats à la pelle… mais évidemment indispensables ! (©Les Quotidiennes de Val)

Autant se l’avouer de suite, la carte bleue ne pouvait que fumer ! Et alors que j’avais une liste d’environ une dizaine de romans sur moi comme potentiellement des ouvrages à acquérir, elle a été complètement oublié une fois que j’étais au milieu des allées du Salon.

Dans un premier temps perdu avec aucune idée d’où j’allais me rendre, je me suis d’abord rendue sur le stand de la région Normandie, où j’ai croisé l’éditrice de la maison d’édition havraise La marmite à mots, qui propose un catalogue de livres jeunesse tous plus beaux les uns que les autres. Je n’ai pas pu résister à l’envie d’acheter un petit roman pour ma nièce, dans la collection Les croqu’pouces romans (dès 6 ans), La marchande de mots, récoltant au passage une adorable dédicace de l’illustratrice Stéphanie Alastra.

Ma balade m’a entraînée ensuite sur le stand de Libretto éditions, qui me fait à chaque fois rêver par la beauté de ses livres. Et craquer aussi avec deux classiques : Pierre de Lune de W. Wilkie Collins et Martin Eden de Jack London (que je voulais avoir depuis quelques mois).

Place ensuite au stand de Gaïa éditions où j’ai discuté un moment avec son attaché de presse sur ce qui me donne l’envie d’acheter un livre (la couverture !) et mon regard sur la charte graphique de Gaïa (que j’adore !), mais aussi de littérature nordique, de leurs nouveautés… C’est ainsi que j’ai décidé d’acheter Le roi chocolat de Thierry Montoriol, pour suivre le parcours de l’inventeur… du chocolat Banania !

Quelques derniers pour la route

On pourrait se dire qu’avec cela, j’étais rassasiée et qu’il fallait se dire stop, ma PAL étant déjà démesurément grande… Mais c’était sans compter un passage par Le livre de poche, où une foule énorme était massée pour aller à la rencontre de Tatiana de Rosnay. L’ayant vue l’année dernière pour son très beau Sentinelle de la pluie (éditions Héloïse d’Ormesson), j’ai fait le choix d’aller plutôt à la rencontre d’Olivier Guez et d’acheter La disparition de Josef Mengele, prix Renaudot 2016. S’est ajouté un achat « coup de tête », Au petit bonheur la chance ! d’Aurélie Valognes, pour découvrir la plume de ce phénomène de librairie qui cartonne.

À ceux-ci s’ajoutent enfin le tout nouveau manga des éditions Ki-oonMagus of the library, présenté comme une ode à la lecture et au livre (le stand, à l’image de ce manga, était tellement beau !)

Et pour finir, en prévision de mon prochain voyage en Suède, j’ai acheté un petit guide de conversation suédois de chez Assimil… ça peut toujours servir, même s’ils parlent quasiment tous anglais. C’est bon pour la culture générale.

Bilan

J’omets de préciser que j’ai également deux livres de voyage sur la Norvège (mais achetés par mon conjoint) en prévision d’un autre voyage, un jour.
Au final, j’ai retrouvé dans cette journée au salon Livre Paris ce que j’aime : l’effervescence du moment, croiser Philippe Besson ou François Busnel en faisant des yeux ronds, apercevoir mes auteurs chouchous comme Laurent Gaudé et Tatiana de Rosnay, me dire qu’Isabelle Carré a l’air adorable avec ses lecteurs, retrouver les incontournables (Amélie Nothomb et son chapeau à plumes, Douglas Kennedy, Bernard Werber…), voir des fans transis d’admiration devant Cassandra O’Donnell et ne pas comprendre qui elle était (vous connaissez ?), constater qu’il y a plus de journalistes que de lecteurs devant le stand d’Éric Zemmour (c’est pas grand’chose, mais ça rassure !), croiser des enfants avec des livres plein les mains, être épuisée mais heureuse et comblée car ce Salon a aussi été l’occasion de revoir George, copine de blog, ou encore de faire enfin connaissance avec Eliza de Lectures & Co avec qui j’échange depuis quelques années sur les réseaux sociaux.

Et en prime, récolter un selfie (tout flou) avec Guillaume Meurice (j’ai craqué) !

Je suis repartie en regrettant de ne pas pouvoir y retourner le lendemain, ne pas y avoir été la veille, en me rendant compte que je ne suis pas passée par 10/18 ou Gallimard, mais contente de pouvoir dire chez moi que j’ai aussi croisé Line Renaud et Michel Drucker (qu’il a vieilli !)… Et je suis sûre que j’oublie déjà plein de choses ici…

Un chouette Salon, vivement l’année prochaine !

 

8 commentaires sur “Salon Livre Paris 2019, j’y étais !

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :