Un mariage américain, de Tayari Jones

Celestial et Roy viennent de se marier. Elle est à l’aube d’une carrière artistique, il rêve de lancer son business. Ils sont jeunes, beaux et incarnent le rêve américain… à ceci près que Celestial et Roy sont noirs, dans un Etat sudiste qui fait peu de cadeaux aux gens comme eux.
Un matin, Roy, accusé de viol, est emmené au poste. celestial sait qu’il est innocent, mais la justice s’empresse de le condamner. Les mois passent, la jeune femme tient son rôle d’épouse modèle jusqu’au jour où cet habit devient trop lourd à porter, elle trouve alors du réconfort auprès d’Andre, son ami d’enfance. A sa sortie de prison, Roy retourne à Atlanta, décidé à reprendre le fil de la vie qu’on lui a dérobée…


Il est temps pour moi de poursuivre la présentation des différents romans qui ont été sélectionnés pour le jury de septembre du Grand prix des lectrices ELLE 2020. Il s’agit ici du roman que j’ai préféré parmi les trois proposés, mais aussi celui qui a été le mieux noté par les autres membres du jury de septembre en moyenne. Au programme : erreur judiciaire, racisme et la vie des afro-américains dans un état sudiste des États-Unis.

Le coupable idéal

J’ai lu ce roman alors que nous subissions une énorme vague de chaleur en France. Cette lecture, je l’associe désormais à un coffee shop du Havre, le Cargo, où je m’étai réfugiée pour profiter de la climatisation et dévorer ce roman en sirotant des smoothies maison (chose que je fais encore en écrivant ici, d’ailleurs !).
Aux États-Unis, si l’instauration des droits civiques est dans le texte un chapitre des livres d’histoire, cela peut encore être un combat au quotidien pour la population afro-américaine. Pour Roy et Celestial, ce constat sera lourd de conséquence. Fraîchement mariés, avec tout l’avenir devant eux, ces derniers seront au mauvais endroit au mauvais moment, en décidant de passer une nuit dans un motel. Il sera arrêté, jugé et condamné pour un viol qu’il n’a pas commis. Comment un couple peut survivre à ce terrible coup du sort ? Roy pourra-t-il compter sur la patience de Celestial, pour la retrouver à sa sortie de prison ? Ceci, alors que la jeune femme perce dans le monde artistique avec ses créations uniques.

En lisant la quatrième de couverture, j’ai eu une frayeur. L’éditeur n’en disait-il pas trop sur le contenu du roman ? Tant de rebondissements, de twists… Mais, finalement, ceci ne couvre qu’une partie du roman et beaucoup d’autres choses seront à découvrir à la lecture de ce roman de Tayari Jones.
le récit alterne entre Celestial et Roy, puis Andre. La narration classique cède la place durant l’incarcération de Roy à des échanges épistolaires, durant lesquels il devra apprendre le départ de sa femme. De la prison au retour à la liberté, l’auteur montre le parcours d’un homme brisé par cette injustice qu’il aura vécu. Un homme qui ne peut rayer d’un trait ce qu’il vivait avant mais qui ne sait comment relancer ses projets détruits. En parallèle, nous suivons le parcours de Celestial, ses doutes, son entrée remarquée dans le monde de l’art, mais aussi cette souffrance face à l’injustice…

Je suis seule, et pas uniquement parce qu’il n’y a personne à la maison. […] Parfois, le simple fait de pénétrer dans la maison m’épuise. J’essaie de me calmer, de me souvenir que j’ai vécu seule avant. Dormir seule ne m’a pas tuée alors et ça ne me tuera pas aujourd’hui. Mais en te perdant j’ai appris une chose au sujet de l’amour. Notre maison n’est pas simplement vide. Elle a été vidée. […] Avant de te rencontrer je ne me sentais pas seule. À présent je me sens si seule que je parle aux murs et chante pour le plafond. p.67

Une belle voix de la littérature américaine

Comme je vous le disais plus haut, c’est un roman que j’ai dévoré. Il est difficile de ne pas s’intéresser au sort de ce couple déchiré par une société qui juge des coupables au faciès. Au-delà de l’injustice, c’est surtout les conséquences de cette dernière dans la relation entre Roy et Celestial qui dominent dans ce récit. Il n’est pas question, visiblement, de proposer un roman binaire avec « des méchants Blancs » qui s’attaquent injustement aux « gentils Noirs ». Finalement, l’auteure a l’idée ingénieuse de présenter ce couple comme Monsieur et Madame Tout-le-monde, sans distinction d’origine. C’est l’histoire d’un couple ordinaire pris dans les méandres de la vie et devant trouver le moyen de gérer ce triangle amoureux qui les déchire.

Ce serait mentir que de dire que ce roman est parfait. Certains petits bémols ralentissent légèrement la lecture du récit, notamment dans la deuxième partie peut-être un peu moins haletante. Mais, finalement, n’est-ce pas ça le signe d’une relation qui se délite, cette sensation de stagnation et de piétinement avant que des actes concrets ne déterminent l’avenir du couple.

Avec ce premier roman traduit en France, Tayari Jones se dévoile comme une future étoile montante de la littérature américaine. Elle use dans ce roman d’un procédé que j’aime beaucoup, le récit choral, et permet ainsi de découvrir les différences de points de vue entre le différents protagonistes de cette (finalement) banale histoire d’un couple faisant face comme il peut aux épreuves. J’espère avoir l’occasion de lire d’autres textes de cette Américaine, qui n’a certainement pas fini de faire parler d’elle.

Un livre lu dans le cadre du Grand Prix des lectrices ELLE 2020.

devenez-l-une-des-jurees-du-grand-prix-des-lectrices-2020

Un mariage américain, de Tayari Jones
Editions Plon, 432 pages, 21 euros

4 commentaires sur “Un mariage américain, de Tayari Jones

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :