10 minutes et 38 secondes dans ce monde étrange, d’Elif Shafak

Et si notre esprit fonctionnait encore quelques instants après notre mort biologique ? 1à minutes et 38 secondes exactement. C’est ce qui arrive à Tequila Leila, prostituée brutalement assassinée dans une rue d’Istanbul. Du fond de la benne à ordures dans laquelle on l’a jetée, elle entreprend alors un voyage vertigineux au gré de ses souvenirs, d’Anatolie jusqu’aux quartiers les plus mal famés de la ville.
En retraçant le parcours de cette jeune fille de bonne famille dont le destin a basculé, Elif Shafak nous raconte aussi l’histoire de nombre de femmes dans la Turquie d’aujourd’hui.


Petite préambule avant de vous parler d’un des plus beaux romans lus cette année. Comment allez-vous ? Mon blog vivote depuis des semaines, je n’avais pas l’envie de partager mes lectures ici. Pas une question de lassitude, non. Mais peut-être un peu l’envie de lâcher prise et de revenir ici quand bon me semblait. Et durant ces huit semaines de confinement que nous venons de vivre, j’ai inconsciemment choisi de relâcher ma présence ici et d’attendre le nouveau moment.
Et quoi de mieux comme moment que de vous partager un 200e billet sur un très beau roman ?!

Découverte pour moi, il s’agit ici de ma première rencontre avec la littérature turque et une de ses représentantes les plus connues, Elif Shafak. Une nouvelle fenêtre sur la littérature du monde s’est ouverte grâce au Grand Prix des lectrices ELLE.

Une vie s’achève

L’histoire commence par la fin. Tequila Leila rend son dernier souffle après avoir été sauvagement attaquée. Son corps, abandonné dans une poubelle, a perdu toute trace de vie mais son cerveau, pour quelques minutes encore, 10 minutes et 38 secondes précisément, vit encore et procède à divers retours en arrière retraçant la vie et le parcours de cette prostituée destinée à être enterrée au cimetière des Abandonnés, dans les faubourgs d’Istanbul. Durant ce compte-à-rebours fatal, le parcours de vie de Tequila se dévoile sous nos yeux.

Chaque minute décline un instant précis de sa vie, de la naissance au dernier souffle. Des souvenirs qui se dévoilent dans la première moitié de ce roman sensoriel. Car ce roman m’a apporté bien plus que des émotions, il y avait aussi une expérience olfactive très déroutante, étonnante. Chaque minute est caractérisée par un parfum, un odeur ou un goût, qui symbolisent ces étapes de la vie de Tequila, jusqu’à l’instant fatal. J’avais hâte, à chaque nouveau chapitre, de découvrir ces parfums d’Orient et de connaître un peu plus du destin de cette femme.

Ceci, avant que la deuxième partie du récit se concentre sur le présent, avec ses amis qui tentent le tout pour le tout pour rendre hommage à cette femme rejetée par la société stambouliote.

Miroir d’une société inégale

En lisant ce roman, j’ai découvert énormément de choses sur l’histoire d’Istanbul, son évolution, la place de la femme en général, mais aussi et surtout le traitement fait à celles et ceux qui sont considérés comme des « défaillances du monde », des personnes qui ne méritent aux yeux de l’autorité qu’ignorance et rejet, jusque dans la mort. Le cimetière des Abandonnés n’est pas sans rappeler nos carrés des indigents, dans lesquels sont enterrés les SDF, les sans famille et sans ressource.

Ce roman est certainement mon coup de cœur de la sélection roman du Grand Prix des lectrices car il représente tout ce que j’aime dans un livre : gagner en connaissance, découvrir par les lettres un monde inconnu, une société nouvelle.
En parallèle à l’histoire de Tequila Leila, Istanbul dévoile ses quartiers obscurs, tout ce que le touriste consommateur ne peut pas voir dans un week-end de trois jours. Istanbul, ce n’est pas que la basilique Sainte-Sophie et son Grand bazar. C’est aussi une société en pleine mutation, qui se radicalise dans sa pratique religieuse et sa vision sociétale. Tant de choses à découvrir…

C’est pour cela que, à l’heure où les librairies se préparent à rouvrir leurs portes, j’ai décidé de faire une commande de soutien, en y intégrant notamment un autre roman d’Elif Shafak, La bâtarde d’Istanbul. J’ai hâte de retrouver cette plume lumineuse et sensorielle, et de déambuler une nouvelle fois dans les rues stambouliotes.

Un roman lu dans le cadre du Grand Prix des lectrices ELLE 2020.

devenez-l-une-des-jurees-du-grand-prix-des-lectrices-2020

10 minutes et 38 secondes dans ce monde étrange, d’Elif Shafak
Éditions Flammarion, 400 pages, 22 euros

6 commentaires sur “10 minutes et 38 secondes dans ce monde étrange, d’Elif Shafak

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour, merci pour tes reviews qui vont inspirer mes prochaines lectures! Je suis en train de préparer ma candidature pour le jury du grand prix des lectrices « Elle », une aventure passionnante qui m’attire beaucoup. Aurais-tu des conseils pour la candidature? Je ne sais pas trop quel format est attendu pour les critiques de livres.

    D’avance un grand merci pour tes onseils

    Aimé par 1 personne

    1. Merci à toi, et bonne chance pour ta candidature. J’ai adoré cette expérience pour cette possibilité offerte de lire des livres qui n’auraient sûrement jamais fini entre mes mains dans un autre contexte. Il faut être prête à sortir un peu de sa zone de confort, mais c’est très enrichissant. Pour ma candidature, j’avais choisi deux romans particuliers, qui ont su me toucher par leurs messages ou poésie (Salina les trois exils de Laurent Gaudé, et Nord et Sud d’Elizabeth Gaskell). Le texte ne doit pas être trop long, et exprimer, je pense, ton ressenti lors de ta lecture. Je me rappelle avoir exprimé ma façon de vivre ces deux lectures. Bonne chance !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :