Retour sur l’île, de Viveca Sten

C’est l’hiver sur l’île de Sandhamn. La tempête de neige qui fait rage contraint les habitants à rester chez eux. Un matin, on découvre le cadavre d’une femme sur la plage : la célèbre correspondante de guerre Jeannette Thiels était connue pour son franc-parler avec certaines personnalités influentes, issues notamment du parti xénophobe Nouvelle Suède.
Crime politique ou vengeance personnelle masquée ? L’inspecteur Thomas Andreasson n’a pas le temps de répondre qu’un nouveau crime a lieu.
On retrouve l’atmosphère singulière des suspenses de Vivec Sten dans cette nouvelle enquête de l’inspecteur Thomas Andreasson et de Nora Linde, le couple qui a inspiré la série télévisée Meurtre à Sandhamn, diffusée sur Arte.


Retour sur l’île est le sixième tome de la série de romans de l’auteur suédoise Viveca Sten. Fil rouge de cette série : l’île de Sandhamn, au bout de l’archipel de Stockholm. Cette fois-ci, cette île se dévoile durant les fêtes de fin d’année, sous une tempête de neige glaçante.

En quelques pages, nous assistons à la fuite de Jeannette Thiels vers l’île, pour semble-t-il se cacher, le soir du réveillon de Noël. Mais cette fuite sera brève et la journaliste s’éteint dehors dans le froid.

Un roman teinté d’actualité…

Pour ce nouveau volume, Viveca Sten s’est appuyée sur l’actualité politique de son pays, voire de l’Europe, avec la montée progressive des idées d’extrême-droite dans des groupuscules qui n’hésitent plus à affirmer ouvertement leurs opinions. Dans ce roman, le groupe de la Suède Nouvelle n’est pas vraiment une utopie et la mort d’une journaliste qui, semble-t-il, faisait des recherches sur ce parti interpelle et pose question.

Nous retrouvons bien sûr l’enquêteur-phare, Thomas, tandis que son amie Nora est plus en retrait, voire sans grand intérêt dans ce roman tant elle brille par son absence pour l’enquête. Enquête qui, contrairement à d’habitude, ne se focalise pas principalement sur l’île, mais aussi sur différents quartiers de Stockholm ou encore à Uppsala.

Qui a tué la journaliste ? Quel rôle joue le parti xénophobe Suède Nouvelle dans cette affaire ? Dans une période où les vrais journalistes d’investigation sont plus que jamais en danger quand il fouille des sujets sensibles, pendant que la montée de l’extrême-droite s’étend dans toute l’Europe, ce roman au premier abord plus sombre et inquiétant avait tout pour me plaire…

… au final bâclé !

Mais patatras ! Viveca Sten a flanché sur l’histoire et je suis restée sur ma fin. Alors que j’avançais dans ma lecture, je n’étais plus qu’à une petite centaine de pages de la fin que je me demandais bien comment elle allait conclure cette affaire. Malheureusement, mal !

Evidemment, je ne vais pas dire pourquoi en détail, même si la phrase précédente risque de doucher de potentiels lecteurs… Mais je ne comprends pas comment elle a pu traiter de sujets aussi lourds et nécessaires, pour en faire ça, au final. Bien sur les trois quarts du récit, le roman s’essouffle sur le final et m’a laissé un goût amer une fois la dernière page tournée. Il ne fallait pas conclure de cette façon. Dommage !

Pour celle et ceux qui veulent voir à quoi ressemble l’île de Sandhamn, l’été, retrouvez ma balade littéraire sur les pas de Viveca, Nora et Thomas. Ce roman s’intégrait dans mon programme de lectures pour l’été 2018.

Retour sur l’île, de Viveca Sten
Editions Albin Michel, 448 pages, 22 euros

 

 

 

 

Publicités

4 commentaires sur “Retour sur l’île, de Viveca Sten

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :